Faire de la promenade un moment agréable et stimulant

spa.png

Fifi et Isa lors d'une promenade en longe détendue. Fifi attend une famille à la SPA de Vaux-Le-Pénil.

Durant les balades, on attend souvent de notre chien qu'il nous fasse plaisir en ne tirant pas sur la laisse, en étant calme, en venant à nous dès qu'on le rappelle...

Mais à quel moment, nous,  lui faisons-nous plaisir?

Avoir un chien détendu demande qu' il vive des expériences positives, paisibles et enrichissantes, tout en évitant les situations stressantes.  

Savons nous réellement comment lui offrir une promenade agréable? 

Bien s'équiper :

Un collier, un harnais inadapté, un licol, ou une laisse trop courte provoquent douleur et inconfort.

Choisissons un équipement qui ne passe pas sur les zones sensibles du chien

comme le cou, sous les aisselles, ou sur la pointe de l'épaule,  et n'entrave pas les mouvements.

Le harnais dit en H, ou Y ( Haqihana, Red Dingo, Trixie...) est ergonomique et léger. Ceux avec deux attaches, permettent de ne pas imposer de manipulations au niveau des pattes. 

Il existe des versions rembourrées pour les chiens sensibles.

Harnais ergonomique pour le chien

Le guide du harnais. Distinguer un harnais ergonomique d'un harnais restrictif. Réalisé par Bharcs

bharcs_edited.png

Comparativement à la laisse courte, une longe d'au moins 5 mètres offre une plus grande liberté de mouvements, ce qui laisse au chien la possibilité de renifler, d'aller vers ce qui l'intéresse sans avoir à tirer sur la laisse, d'adopter un langage corporel et une allure qui lui sont plus naturels, permettant ainsi une communication plus claire, plus d' assurance,

d' autonomie, et encore de nombreux autres avantages. 

il est indispensable pour nous aussi de sortir bien équipés afin de pouvoir suivre notre compagnon sans être limités lors des explorations. 

N'oublions pas de prendre de l'eau. Il existe des gamelles souples et rétractables très pratiques.

S'adapter au climat :

Les promenades en plein cagnard sont éprouvantes et dangereuses pour le chien.

Ils peuvent rencontrer des difficultés à s'oxygéner et à se refroidir, particulièrement les chiens brachycéphales tels que les bouledogues ou les carlins. 

De plus les coussinets sont très fragiles et peuvent être gravement brûlés au contact du bitume.

Certaines parties du corps comme l'intérieur des oreilles, le ventre, les truffes roses, les testicules, sont très sensibles au soleil et peuvent être sujettes aux brûlures avec risque de développer des tumeurs cancéreuses, comme le carcinome épidermoïde,

suite à des expositions prolongées. 

La neige et le sel  occasionnent également des lésions. 

Certains chiens n'ayant peu ou pas de sous-poil, sont sensibles au froid et à l'humidité.

Il existe des modèles de  manteaux pour chiens en softshell légers, qui protègent les articulations sans entraver les mouvements. 

Vivre des choses stimulantes :

Marcher en laisse courte, rester au pied, faire chaque jour le même parcours, tirer un vélo, être sans cesse rappelé... Tout ceci ne permet pas au chien de s'épanouir, de satisfaire sa curiosité naturelle, ni de développer ses capacités physiques et mentales.

De plus, ces situations l'empêchent d'utiliser correctement son langage corporel, et de communiquer clairement.  

Pourtant, quantité de choses stimulantes se trouvent à portée de truffe et de pattes : Citons par exemple la boue, le lac, du foin, un arbre, regarder le monde, capter les odeurs passées. 

Vivons ces moments ensemble, en laissant le stress et la distraction du téléphone dans la boîte à gants. 

Renifler :

L'odorat est très développé chez le chien, et lui permet de collecter de nombreuses informations. Le priver de renifler durant les promenades revient à nous faire visiter un musée avec un bandeau sur les yeux. 

Cette activité procure une fatigue beaucoup plus saine qu'une course sans but, ne faisant pas appel aux sens. 

Il est beaucoup plus intéressant pour le bien-être du chien, de le laisser sentir un poteau tant qu'il le souhaite, même à 20 mètres de la maison, que de marcher ou courir bêtement sur des kilomètres.

Gangsta renifle les odeurs de la prairie. Gangsta attend une famille à la SPA de Vaux-Le-Pénil

Liberté :

Si l'on ne peut détacher notre chien, accordons-lui au moins 5 mètres de longe, et c'est bien là le minimum, en adaptant la longueur au contexte, comme la route, les passants, ou encore les zones de confort respectives.

Avec un peu de pratique, on peut facilement passer à la longe de 8, 10 ou 15 mètres, selon les besoins de notre chien.

Les promenades gagnent beaucoup en qualité et deviennent vraiment plus agréables.

Certains chiens arrêtent même de tirer grâce au simple usage de la longe associé à une marche détendue. 

​Autre avantage, la marche naturelle du chien n'est pas en ligne droite mais il progresse plutôt en zigzags.

La longe nous permet donc de respecter ceci sans qu'il se trouve dans nos jambes, au risque que nous lui marchions sur les pattes ou que nous trébuchions. ​

Pour connaître l'impact de la longueur de la laisse sur le pouls du chien, rendez-vous sur DogFieldStudy.com

dogfieldstudy.png

Zone de confort :

Ne laissons pas nos chiens détachés , même "sympas", aller à la rencontre de leurs congénères tenus en laisse. 

Beaucoup ont besoin d'espace et ne peuvent être abordés de la sorte. 

Peut-être que le chien tenu en laisse est timide, réactif, âgé, malade, blessé...

Ce que nous pouvons prendre pour des appels au jeu ne traduit pas forcément une envie d' entrer en interaction et la situation peut rapidement prendre une mauvaise tournure. D'autant plus que le chien en laisse ne peut fuir. 

Chaque expérience désagréable peut avoir de lourdes conséquences. 

Soyons polis et bienveillants en respectant l'espace de chacun. 

Pour informer les autres promeneurs qu'un chien a besoin d'espace, nous pouvons rejoindre le "Yellow Dog Project" en utilisant une longe jaune ou en la décorant d' une cocarde jaune.

Marcher en courbe :

Former une courbe en avançant vers un individu est une approche polie pour le chien. 

Parfois il aura besoin de faire un très grand contournement, d'autres fois il fera une courbe subtile avec son corps. 

Ne lui imposons donc pas de se diriger frontalement vers un individu, de même,  ne nous dirigeons pas vers un chien de façon trop directe, ce qui peut paraître menaçant. Formons une courbe.

Cette vidéo publiée par Mandal Hundesenter illustre l'effet d'une approche en courbe sur le pouls du chien.

Fifi forme une courbe en s'approchant d'Isabelle

Respecter sa sensibilité :

Votre chien peut hésiter à faire un croisement, fréquenter des rues ou lieux qui l'effraient, ou dans lesquels il a vécu de mauvaises expériences. 

Quand il sera prêt à y retourner, il ira. S'il n'y retourne jamais, qu'importe! 

Si nous le tirons et l'immergeons au coeur du cauchemar, nous ferons de lui un être anxieux. 

Le "contraindre à ce choix" avec des bonbons ne lui saura d'aucune aide non plus.

il n'exploite pas ses capacités d'adaptation de la sorte. 

Lors d'un croisement ou d'une situation difficile, présentons la paume de la main au chien.

Celle-ci placée entre lui et ce qui le met en difficulté, lui indique qu'il n'a rien à gérer, pas de stress, tout va bien. 

Nous pouvons également demander à une personne qui nous accompagne de se placer entre le chien et la cause de son inconfort, ou le faire nous même lorsque cela est possible. 

Cette vidéo également publiée par Mandal Hundesenter montre à quel point le pouls du chien baisse lorsque quelqu'un se place entre lui et ce qui le met en inconfort

Que ça soit la caresse d'un passant, ou une rencontre avec un autre chien, le contact ne devrait pas être imposé. 

Ceci peut pousser votre ami à exprimer plus fort son malaise, puisqu'on ne l' écoute ou ne l'entend pas.  

Lorsqu'il s'arrête pour observer sans toutefois se figer,  accordons-lui cela et ne le forçons pas à avancer davantage. C'est aussi une façon pour lui de gérer son environnement.  

Laisser le choix :

Il ne souhaite pas sortir? Alors ne sortons pas. 

Un enrichissement mental à la maison ou au jardin pourrait lui suffire à ce moment là.  

Peut-être même ne rien faire. 

La possibilité de choisir, développe le cerveau de nos compagnons et les aide à être épanouis, heureux, plus autonomes, moins stressés.

De plus, ils gagnent en confiance. Que ce soit en eux,  ou en leur environnement.

 

Au bout de la longe, on peut se trouver face à un chien qui nous regarde, en attendant que nous prenions une décision: Et bien ne la prenons pas toujours.

Afin qu'il ne prenne pas un chemin de promenade par habitude, et l'inciter à faire un vrai choix, nous pouvons prendre la voiture et l'emmener vers un lieu de promenade qui lui est inconnu.

Attendons. Laissons-lui donc le choix du chemin à parcourir . 

Celui que nous faisons ensemble , nos chiens et nous, peut être merveilleux une fois pourvu de respect et de bienveillance.  ​

Pour aller plus loin, voici un lien vers le webinaire  "La promenade idéale pour nos chiens dans la vie de tous les jours." disponible sur le site de Marina: Happy And Relaxed .(membre du Pet Dog Trainers Of Europe. ) Ce webinaire très instructif est animé par Carole Dupuis (Activités Pour Chiens Epanouis )

hrd.png

Pour partager vos expériences de promenades enrichissantes en laisse détendue, rejoignez les groupes "Slow Dog Movement", et "Smiling Leash".​

smiling leash.png

Pour comprendre les états de nos chiens et les prendre en considération, un guide indispensable est L'ouvrage de Turid Rugaas : Les signaux d'apaisement

signaux-apaisements_edited.jpg